Moi . .LH

...... mes histoires

Né à Luxembourg le 1.12.1904, je suis entré à l’Aéronautique Militaire Belge en 1923 comme volontaire de carrière.

J’y ai obtenu successive­ment le Brevet de Tourisme (le 12 janvier 1924), le Brevet Elémentaire (le 6 juin 1924), et le Brevet Militaire (le 15 septembre 1924).

Le 30 avril 1926, j’ai quitté l’Armée Belge – de plein gré – avec le grade de 1er sergent -aviateur.

Comme pilote de réserve, j’ai remporté en 1926 la Coupe de l’Aéro-Club Royal de Belgique, épreuve réservée aux pilotes militaires de réserve.

Ayant régulièrement suivi mon entraînement comme pilote de réserve, j’ai obtenu en 1928 le brevet de pilote d’avions de transport public et, de ce fait,j’étais autorisé à remplir les fonctions de moniteur.

Devenu propriétaire, en 1928, d’un avion R.S.V. (quatre places), celui-ci fut officiellement baptisé au nom de “Prince Jean”, le 24 juin 1928 par S.A.R. le Prince Jean de Luxembourg, lors d’une manifestation aérienne dans les près de Steinsel.

En 1936, le Gouvernement grand-ducal m’a autorisé à exploiter une école d’aviation où j’ai

Fernand Chauvin Ecole Potez Metz (Fr)

formé les premiers pilotes luxembourgeois ,par contre les examens sont passés à l’école CHAUVIN de Metz-Frescaty.

Au cours de ma carrière de pilote-aviateur j’ai piloté, entre autres, les avions suivants: Caudron (cage à poule) Avro, Morane 38, Fokker D VII, de Havilland 9, Bréguet 14, R.S.V., Hanriot 14, St. Hubert, Potez 58, Farman 393, Ercoupe, Piper Cub, Fairchield, Stampe, etc.

Depuis 1928, je n’ai cessé de vulgariser l’aviation dans notre pays où, au cours de meetings ou de journées de propagande aéronautique, j’ai transporté pas moins de huit mille personnes.

Pendant cette même période je fus successivement propriétaire des avions suivants: un R.S.V., trois Morane 37, un Fokker D VII, un Avro, un Hanriot 14 et un Piper Cub.

Tout au long de ma carrière, l’administration des P.T.T. m’avait chargé maintes fois du transport du courrier postal entre Luxembourg et Bruxelles.

Transport sac postal

En dehors de brevets mentionnés ci-dessus, je suis encore titulaire du brevet de pilote-moniteur principal toutes catégories de vol à voile.

Tous comptes faits, j’ai totalisé plus de 10.000 heures de vol.

 Le crépuscule d’une longue Journée merveilleuse

Nihil est annis velocius ( Ovid )

Les années ont passé et le jour est venu où il fallait nécessairement apaiser mon élan. Quand il n’y a plus que le coeur qui reste jeune et vigoureux, il faut accepter, bien malgré-soi, les réalités de son âge, et il ne me reste plus que le plaisir du souvenir! Et, ce qu’il ya plus important, quand je vois nos jeunes pilotes d’aujourd’hui qui se gambadent dans le ciel luxembourgeois avec les Cessna, les Piper, les Fudji, les Robin etc., j’éprouve la sensation d’une énorme satisfaction et d’un bonheur réel, parce que je sais que j’ai pleinement réussi à atteindre le but pour lequel je m’étais porté volontaire à l’armée belge.

En réunissant les quelque 10.000 heures de Vol  que j’ai effectuées en  50 ans, on peut dire que j’ai passé une année entière à voler jour et nuit dans le ciel. Devant l’image impressionnante de ce “flash-back” je ne peux m’empêcher d’avouer que le temps que je passais à traverser le ciel était le plus beau de ma vie. Et je ne crois guère que les astronautes, qui se rendent sur la lune, aujourd’hui et demain, aient besoin de dé­ployer tous ces efforts qu’il nous fallait faire pour nous débattre avec nos machines volantes les champs de betteraves ou de pommes de terre, fût-ce à Troisvierges ou à Kayl, à Beaufort ou à Larochette. Dans chaque localité et dans chaque recoin du pays où se présentait la moindre possibilité pour organiser une manifestation aérienne, j’étais heureux quand la nouvelle se répandit comme un feu de brousse:

“Mir hun én Flugmeeting -Den Hemmesch Lou könnt och – Et get geflunn! -Dir könnt matflé’en!”

Mon unique fille Maryse n’a pas continué ma carrière de pilote ,pourtant elle soutient de tout coeur  la belle cause de l’aviation.

Lou et sa fille Maryse - son nom lui a été donné d'après Maryse Bastié

Claude Lepage

J’ai quand-même eu la satisfaction que mon petit-fils Claude Lepage a pratiqué des années durant  le parachutage .

Die Kommentarfunktion ist geschlossen.