Années d’apprentissage

Mon premier pied-à-terre se trouvait à Dist (Limbourg), où je pris quartier comme simple soldat .Trois mois durant il fallait s’endurcier aux nom­breuses corvées du service militaire dont le seul effet saisissant était de vous en donner ras-de-bol! Mais, dans l’expectative de la formation tant désirée de pilote de réserve de l’armée belge, le moralétait rapidement rétabli et on finit par accepter que, tous comptes faits, on était bien content!

Promus au grade de caporal après trois mois d’une instruction exas­pérante, je continuais ma formation jusqu’au grade de sous-officier, ce qui me valut enfin mon transfert à l’Ecole d’Aviation Civile à Anvers, la seule qui existait alors en Belgique. Elle était dirigée par deux anciens officiers qui avaient fait leurs galons dans la première guerre mondiale et qui s’étaient déjà distingués par la construction de plusieurs avions.

Ecole Aviation Militaire Belge Elsenborn 1922

Comparé aux conditions d’hébergement à Dist, le séjour à cette Ecole était plutôt agréable, en dépit des entraînements tracassants qui s’en­chaînaient tout au long de la journée pendant des mois et des mois!

Enfin, c’était le grand jour de la première démonstration d’un avion! L’officier s’est perdu dans une véritable avalanche d’explications au sujet du montage de l’appareil, de son maniement, de ses performances, de ses caractéristiques techniques, etc. Et puis ce fut le moment absolu­ment fantastique et inoubliable du premier vol en double commande!

Die Kommentarfunktion ist geschlossen.