Les gendarmes belges

Une leçon de trompe-l’oeil

Autorisation pour cette Fête d'Aviation

 

 

Une autre manifestation aérienne qui donnait lieu à une séance d’anima­tion amusante s’était déroulée à Arlon. Il y avait comme un malaise dans l’organisation de ce meeting, à savoir que des sauts en parachute devaient former la grande attraction. Or, la réglementation de l’aéronau­tique belge défendait les sauts en parachute. Mais je ne m’en laissai pas décourager pour autant . Nous étions assez près de la frontière belgo-­luxembourgeoise et le vent soufflait de la bonne direction pour me permettre la réalisation de mon stratagème!

Les gendarmes belges, venus sur les lieux, nous avaient enjoint qu’il nous était strictement défendu de faire effectuer des sauts en parachute. Je les rassurai en disant que les parachutistes seraient largués au-dessus du territoire luxembourgeois. Ainsi le public pourrait observer de loin le spectacle de leur descente.

Comme les gendarmes ne trouvaient pas d’objection à formuler à cette idée, je partis rapidement avec mes passagers en direction du territoire luxembourgeois, ne laissant pas le temps aux gendarmes de comprendre ma ruse! Arrivés en territoire luxembourgeois, les parachutistes furent largués et comme, par bonheur, le vent n’avait pas changé de direction, celui-ci s’occupa à les “dévier” en territoire belge. Si les parachutistes n’ont pas fait mouche sur le terrain d’aviation, les spectateurs ont pourtant pu profiter de ce spectacle curieux de parachutistes qui étaient largués en territoire luxembourgeois et se plaisaient à atterrir chez leurs voisins belges! Quant aux gendarmes ils ne pouvaient faire que bonne mine à mauvais jeu, car la réglementation belge n’avait pas été violée.

Die Kommentarfunktion ist geschlossen.